Stéphane : « J’étais dans une spirale négative. Il fallait que ça change »

 Stéphane : « J’étais dans une spirale négative. J’ai décidé qu’il fallait que je change tout ça »

Stéphane a choisi la bourse (20% par an) pour investir et se payer ses rêves (son trimaran)

 

Olivier Seban: Bonjour Stéphane. Vous avez 33 ans, vous travaillez dans l’informatique

Stéphane : « Je mets mes compétences aux services des petites entreprises qui n’ont pas les moyens d’avoir un service informatique pointu en interne. »

- La question que je voudrais vous poser : qu’est-ce que la lecture de Tout le Monde Mérite d’Etre Riche vous a apportée ?

« J’avais beaucoup réfléchi aux différentes façons de s’enrichir pour me sortir d’une période de misère. J’ai perdu mon emploi, sans argent et opportunités professionnelles. Voyant que ma vie se détériorait, j’ai décidé de me prendre en main, et d’utiliser mes compétences pour démarrer une activité. C’était en 2002 (nous sommes en 2010). »

- Vous vous êtes enrichi comment ?

« La première règle c’était de me payer en premier. Je la trouve logique et évidente tellement évidente qu’on n’y pense pas toujours. Quand on a un chèque, on décide, ça va sur le compte. Dès qu’il est encaissé, je prends un pourcentage que je place sur un autre compte. »

- Combien gagniez vous au début ?

« 40€uros par semaine. C’est ce qui s’est passé la première semaine où j’ai monté mon activité. Cela a été très difficile parce que j’ai fait ma promotion moi-même, en me levant à 5 heures du matin pendant 6 mois, pour mettre mes publicité s dans les boîtes aux lettres des gens. Voilà comment a démarré mon activité. 40 €uros la première semaine, je n’avais pas le moral. Le mois suivant, ça se passait déjà beaucoup mieux. »

- Qu’est-ce que vous avez fait concrètement pour vous enrichir ? Vous avez mis de l’argent de côté. Mais, ça ne suffit pas.

« J’ai toujours été passionné d’économie, ce qui m’intéresse c’est la bourse. Immédiatement après la lecture du livre, j’ai cherché comment investir en bourse. J’ai ouvert un Plan d’Epargne Actions (PEA) avec 1000€uros. »

- Quelles sont vos performances sur vos investissements en bourse ?

« environ 20% »

- Est-ce que vous avez trouvé cela difficile ?

« Non, mais au début j’ai commis des erreurs. J’ai investi ce qui m’inspirait confiance mais sans résultat. Et dans le livre, j’ai vu que lorsqu’on ne savait pas faire, il utiliser l’expérience des autres. J’ai trouvé ça très intéressant. J’ai recadré le contenu de portefeuille dans des FCP qui sont gérés par des professionnels. J’ai étudié le contenu de ces fonds leurs performances. Et lorsque les actions qui m’intéressaient, j’investissais régulièrement dans ces fonds. »

- Après le PEA pour faire fructifier vos économies, vous êtes venu à l’un de nos séminaires. Qu’est-ce que cela vous a apporté ?

« Quand on veut s’enrichir et qu’on n’a pas les méthodes, vous économisez du temps en suivant une formation. Cela ça m’a évité un investissement de temps considérable. En une journée, j’ai appris des choses, j’ai eu un apport d’idées neuves, que j’aurais acquis en plusieurs années de réflexion. »

- Il est vrai qu’une formation, c’est un raccourci formidable. Le gain financier est fantastique, même au taux horaire du smic, 1 an d’expérience vaut 14000 €uros, gagnés en une journée. Le retour sur investissement est fantastique. Le séminaire vous a donné de nouvelles ambitions, de nouveaux objectifs ?

« Plutôt d’atteindre mes rêves : je me suis acheté un trimaran. J’en rêvais depuis longtemps, mais les bateaux, ça coûte cher. J’ai arrêté de rêver et j’ai concrétisé mon rêve. »

- C’est indiscret de vous demander combien il a couté ?

« 30000 €uros »

- 30000 €uros. Donc je vais schématiser mais c’est-à-dire que vous disiez, il y a quelques années vous gagniez 40 € par semaine et, aujourd’hui vous êtes capable de vous payer votre bateau.

« Il faut aussi se récompenser de temps en temps. »

- Il ne faut jamais oublier de se faire plaisir. Sinon on vit frustré. Et ça construit la confiance. Ca, c’est extrêmement important de se montrer qu’on est capable de faire quelque chose, et d’avoir quelque chose. Parce qu’on a fait ce qu’il fallait pour réussir. C’est un moteur fantastique.

Avec la rétrospective des dernières années, tout ce que vous avez appris avec le séminaire, est-ce que cela vous a semblé difficile de faire les choses ?

« Non. Le plus difficile c’est de faire le premier pas. Pour moi, c’était de créer mon entreprise. Cela a été difficile au début, parce que 40 €uros la première semaine, ça m’avait secoué un peu. »

- Il y a beaucoup de personnes qui se découragent et disent que ça ne marche pas, souvent parce qu’ils s’arrêtent au premier obstacle. Très souvent ils préfèrent rester dans leur zone de confort, pour ne pas subir d’échec. Tant qu’ils sont dans leur environnement, ils savent comment évoluer dedans. Mais, dès qu’il faut sortir de sa zone de confort, c’est-à-dire pour essayer d’avoir plus, la plupart se dégonflent.

J’espère que votre témoignage, va booster beaucoup de personnes et leur montrer que tout le monde est capable de faire quelque chose pour améliorer sa vie. Mais il faut prendre la décision. Tant que vous ne prenez pas la décision de dire, «moi je veux autre chose» rien ne se fera.

Encore merci Stéphane et à bientôt.


 

Autres articles intéressants

 

,

One Response to Stéphane : « J’étais dans une spirale négative. Il fallait que ça change »

  1. davedu75 30 avril 2013 at 19 h 07 min #

    Ce n’est pas du tout facile de gagner de l’argent en bourse. Votre succès story est un véritable modèle. Moi je débute encore, mais je pense que je serai comme vous d’ici peu. Peut être même qu’on se croisera dans la méditerrané ;).

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.